Mardi 12 juin 2018

13 juin 2018

Bonjour,

Pour cette soirée nous remontons le temps avec L’âge de pierre un jeu de Michael Tummelhofer. Nous allons envoyer nos personnages à la chasse, récolter des ressources, faire de l’agriculture, etc. Nous utilisons des outils et les ressources pour construire des bâtiments. Et, bien sûr, il ne faudra pas manquer de nourrir notre tribu.

 

 

Changement de décor complet avec Star Wars Realms qui est une rethématisation personnelle du jeu Star Realms de Robert Dougherty, Darwin Kastle. Cette fois, c’est la guerre. Au départ, tous les joueurs ont la même main de cartes. Puis l’idée est d’acquérir de nouvelles cartes pour constituer son paquet tout au long de la partie. Nous avons des bases spatiales et des vaisseaux pour ramener les points de vie adverses à zéro.

 

 

À la prochaine fois !

Publicités

Mardi 29 mai 2018

9 juin 2018

Bonjour,

Pour cette nouvelle soirée, nous commençons avec Alhambra de Dirk Henn. Nous devons acquérir des bâtiments pour construire notre Alhambra et récolter le plus de points.

 

Nous poursuivons avec Codenames de Vlaada Chvátil. Dans ce jeu par équipe, il s’agit de faire deviner des mots à ses partenaires en donnant comme indice un seul et unique mot.

 

À bientôt !

Mardi 15 mai 2018

16 mai 2018

Bonjour,

Nous sommes cinq pour cette nouvelle soirée : Aurélie, François, Geoffrey, Geoffrey et moi-même.

Nous partons vers les étoiles avec Tiny epic galaxies un jeu de Scott Almes qui peut se jouer également en solo. Chaque joueur contrôle un empire galactique et va tenter de coloniser des planètes. Les actions vont être résolues en utilisant des dés. Les planètes colonisées rapporte des avantages ainsi que des points de victoire. Le premier joueur qui cumule 21 points met fin à la partie. Le joueur avec le plus de points l’emporte.

 

Changement de décor et nous voici directeurs de zoo avec le jeu de Michael Schacht : Zooloretto. À chaque tour de jeu, les joueurs ont trois possibilités : placer une tuile sur un camion, prendre un camion ou réaliser une opération commerciale. Il va falloir prendre les bons camions au bon moment pour remplir de façon optimale son zoo et ne pas se retrouver avec des animaux en trop qui rapporteront des points négatifs en fin de partie.

 

À bientôt !

Mardi 1 mai 2018

2 mai 2018

Bonjour,

Nous devions être quatre puis ensuite trois et finalement, nous fûmes deux !

Qu’à cela ne tienne, nous avons commencé avec Les châteaux de Bourgogne et cela tombe bien, nous y sommes…en Bourgogne. C’est un jeu, encore, de Stefan Feld édité en 2011 par Alea. Il se trouve que ce jeu fonctionne très bien aussi à deux; on peut y jouer jusqu’à quatre. Il y a un plateau central commun à tous les joueurs et un plateau individuel par joueur. Il s’agit de construire son domaine en s’emparant de tuiles diverses que l’on pose sur son plateau pour gagner le maximum de points de victoire.

01

02

 

Nous poursuivons avec La route des vignes de Eilif Svensson, Kristian Amundsen Østby édité par Matagot en 2017 que François a acheté. Chacun des joueurs va tracer des routes à travers des vignes, des villages et des châteaux en suivant des formes imposées par des cartes. Là aussi, il s’agit de marquer le plus de points possible.

03

04

Et nous avons terminé cette soirée par des parties de billard.

 

À bientôt !

Mardi 24 avril 2018

25 avril 2018

Bonjour,

Après le jeu de la dernière soirée, voici à nouveau un jeu de Stefan Feld : Notre Dame. C’est un jeu pour deux à cinq joueurs édité par Filosofia (pour la version française) en 2007. La configuration du plateau change suivant le nombre de joueurs.

Les joueurs sont des chefs de familles influentes à Paris à la fin du 14ème siècle. Dans l’ombre de la cathédrale Notre-Dame, les joueurs rivalisent de prospérité et de réputation. Chaque famille contrôle l’un des 3 à 5 arrondissements qui entourent le site de Notre-Dame. En tant que chef de famille, chaque joueur tente, grâce à l’utilisation de ses cartes d’action, de faire progresser le pouvoir et le prestige de sa famille, mais des pénalités sont imposées à ceux qui ne prennent pas soin de la santé des habitants.

Le joueur avec le plus de prestige à la fin est le gagnant.

 

Changement de décor avec Istanbul un jeu de Rüdiger Dorn édité par Matagot en 2014.

Chaque joueur dirige un groupe composé d’un marchand et de quatre assistants à travers 16 endroits dans le bazar. À chaque emplacement, on peut effectuer une action spécifique. Pour pouvoir faire l’action d’un lieu, on doit y déplacer son marchand et un assistant, puis laisser l’assistant sur ce lieu. Si on souhaite utiliser cet assistant plus tard, votre marchand doit retourner à cet endroit pour venir le chercher. Ainsi, on doit planifier soigneusement pour éviter d’être laissé sans assistant et donc incapable de faire quoi que ce soit …

Le but du jeu est d’être le premier marchand a ramasser cinq rubis dans sa charrette.

Prochaine soirée :

 

 

 

Prochaine soirée

17 avril 2018

Mardi 10 avril 2018

13 avril 2018

Bonjour,

Pour cette soirée placée sous le signe de la piraterie, nous voilà quatre pirates prêts à en découdre !

Nous commençons par Um Ru(h)m und Ehre, un jeu de Stefan Feld pour 2 à 5 joueurs. Les joueurs jouent le rôle de flibustiers qui, dans la cachette de leurs pirates, passent leur temps à toutes sortes de compétitions – boire, se battre, etc. Tous les joueurs déplacent le personnage principal, le capitaine, dans les ruelles du village, dans le but de gagner autant de rhum et de renommée que possible. La fin de chacun des cinq tours de jeu est également marquée par une rixe pour réclamer les meilleurs espaces de couchage à bord du bateau.

Le jeu est un mélange de tactique, de stratégie et de chance. Le vainqueur est le pirate qui finit avec le plus de points d’honneur.

 

Nous voici maintenant prisonniers dans la forteresse de Cartagena. Et quel est le but de tout prisonnier ?… S’évader !

Cartagena est un jeu de Leo Colovini pour deux à cinq joueurs.

Nous allons donc emprunter un long couloir pour rejoindre la barque qui va vers la liberté. Pour déplacer un pirate, vous devez jouer une carte de votre main. Chaque carte porte l’un des six symboles (poignard, chapeau de pirate, etc.), et lorsque vous jouez une carte, vous déplacez l’un de vos pirates vers le prochain symbole correspondant dans le tunnel, en sautant par-dessus les symboles déjà occupés. La seule façon d’obtenir plus de cartes, cependant, est de reculer; Plus précisément, vous déplacez l’un de vos pirates vers le premier espace qui contient un ou deux pirates, en tirant une ou deux cartes après cela. Chaque tour, vous faites de 1 à 3 actions, que ce soit en avant ou en arrière ou les deux. Le premier joueur à amener ses six pirates à bord de la barque l’emporte.

 

Et nous terminons avec une course de navires avec Jamaïca un jeu de Malcolm Braff, Bruno Cathala, Sébastien Pauchon.

Dans les cales de nos navires, nous pouvons entasser de la nourriture, de l’or et de la poudre à canon. De plus, nous pouvons également récupérer de précieux trésors tout au long du parcours. L’or et la nourriture sont dépensés pendant notre course et la poudre à canon lors des combats contre nos adversaires…pour leur voler leur nourriture, or et trésors ! Dès qu’un navire passe Port-Royal la course est terminée. Le joueur avec le plus de points de victoire, qui sont l’addition de sa place dans la course, des trésors et de l’or, remporte la partie.

 

 

À bientôt !

 

 

Soirée pirates !

6 avril 2018

Mardi 27 mars 2018

29 mars 2018

Bonjour,

Pour cette soirée, le thème choisi est les jeux dont l’unique ou le principal élément sont les dés.

Nous sommes six joueurs et nous débutons par Space cadets dice duel un jeu de Geoff Engelstein et Sydney Engelstein édité par la société Stronghold games en 2013. C’est un jeu qui se joue par équipe et tous en même temps ! Chaque équipe dirige un vaisseau spatial et le but est de détruire le vaisseau adverse. Pour cela, les joueurs sont affectés chacun à un poste : diriger le vaisseau sur la carte, préparer les torpilles, mettre en place les boucliers…

Et c’est parti. Les capitaines lancent des dés qu’ils distribuent à leurs équipages. À leur tour, cela leur permet de lancer des dés pour accomplir leurs tâches. Le premier vaisseau qui subit quatre coups explose…et son équipage avec !

 

 

Nous continuons avec La grande évasion un jeu de Hajo Bücken édité par la société Ravensburger en 1985. Le jeu représente sept prisonniers qui s’évadent et qui vont rejoindre des embarcations. Au début de la partie, chaque joueur écrit l’ordre d’arrivé des détenus dans les barques. Puis, à chaque tour de jeu, on choisit 3 dés de couleur. Il y a un dé pour chaque pion représentant les évadés. On lance les dés et on fait avancer les pions correspondants. En plus, on peut choisir un quatrième dé, qui est blanc. Il servira à faire reculer un pion. À la fin, on marque des points en fonction de l’arrivé des pions par rapport à notre prévision du début de partie.

 

Pour terminer cette soirée, nous ressortons Vegas de Rüdiger Dorn édité par la société Alea en 2012. Il y a six casinos, correspondants aux six faces d’un dé, dans lesquels se trouvent de l’argent. Nous lançons nos dés et le principe est d’être majoritaire en nombre de dés dans un casino pour s’emparer de l’argent. Après quatre manches, le plus riche l’emporte.

 

À Bientôt !

Mardi 13 mars 2018

20 mars 2018

Bonjour,

Pour cette soirée placée sous le thème des enchères, nous voilà cinq.

En attendant que tout le monde soit arrivé, François nous a apporté un ancien jeu de courses intitulé : Stock-cars, le jeu à bagarre, tout un programme.

 

Nous commençons ensuite avec Art moderne un jeu de Reiner Knizia. Ce jeu, comme bien des jeux de cet auteur, a connu plusieurs éditions avec des visuels différents. Il s’agit ici de l’édition française édité par Matagot.

L’idée est d’acquérir des tableaux puis de les revendre au meilleur prix. La côte des peintres varient suivant la quantité de tableaux vendue à chaque manche. Chaque tableau sera vendu suivant une des cinq formes d’enchères. Le plus riche à la fin des quatre manches l’emporte.

 

Le jeu suivant High society est aussi de Reiner Knizia qui a fait beaucoup de jeux basés sur des enchères. Une fois encore ce jeu existe dans plusieurs versions. Nous jouons avec celle édité par Ravensburger. Nous possédons au départ tous la même somme d’argent. Il va falloir acquérir des cartes positives de un à dix et éviter les cartes négatives. Acquérir beaucoup de cartes ne suffit pas car, et c’est vraiment l’astuce de ce jeu, le joueur avec le moins d’argent à la fin est éliminé même si c’est lui qui a le plus de points grâce aux cartes qu’il a pu acquérir.

 

Comme il nous reste du temps, nous terminons cette soirée avec Encore ! un jeu de Markus et Inka Brand. Chaque joueur dispose d’une feuille de marque. À l’aide de six dés, il faut cocher des cases et essayer d’optimiser sa feuille pour marquer le maximum de points.

À bientôt !